Gouraya: le ramadhan, c'est fini

Publié le par un habitant de Gouraya

Bonjour la communauté,

 

 Je tiens tout d’abord à m’excuser pour ce long retard dû à des problèmes de santé et à des problèmes de tous les jours.

 

 Le ramadhan est à son 29 ème jour et peut-être le dernier.

Que dire du ramadhan de cette année :

  1. Les prix : De ma propre souvenance c’est peut-être la première fois où  je n’ai pas constaté une flambée des prix à l’instar des autres ramadhans. Les légumes, les fruits et la viande n’ont connu aucune augmentation particulière. Pour le poulet, je dirai que c’est plutôt l’inverse à cause de la spéculation (beaucoup de mise en place et aussi la peur de la grippe aviaire). Ça ne veut pas dire que les prix sont plus abordables vu le niveau de vie.  Il est dur d’être salarié en Algérie.
  2. L’animation : Aucune. C’est la morosité totale. Hormis l’ambiance familiale autour de la chorba au moment du f’tour, c’est la monotonie. A part les cafés : rien à faire. Pas même les petites rencontres entre amis (les gens sont devenus chacun pour soi et trop matérialistes).
  3. Le comportement : Se dégrade de plus en plus. Les incivilités se multiplient. Les agressions, les vols sont devenus monnaie courante. Les accidents de la route se multiplient. La saleté des lieux devient inquiétante.
  4. Le travail : Si l’Algérien fait semblant de travailler les autres mois, pour le ramadhan : c’est un congé déguisé surtout au niveau des administrations.  Des fois , je me dis que c’est un miracle si on trouve encore du pain chez les boulangers.

 

 Bon, Rani saïm Saha ramdhankoum.

 

 Saha Aidkou ou koul aâm antoum bi kheir.

 

Un habitant de Gouraya.

 

  

 

 

 

 

Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Abdelkader 02/11/2005 19:49

Besaha aidek. Welcome back and all the best to you. Keep up the great work you have been doing.
Sincerely,
Abdelkader